mercredi 30 janvier 2013

Et si la "spiritualité" créait plus de problème qu'elle n'en résoud?



On a tendance à penser que la voie spirituelle est la voie royale et de plus en plus de gens abandonnent un emploi jugé "classique" ou "matériel" pour s'engager vers les sphères lumineuses qui mènent vers "l'ailleurs". Dans notre imagination traîne cette vieille image des "réalisés", assis en lotus au milieu du tumulte, un sourire "jocondesque" au coin des lèvres quelles que soient les circonstances. Du coup on se considère minables à côté d'eux, on observe avec sévérité nos hauts et nos bas avec l'impression qu'il s'agit d'une maladie de l'esprit dont il faudrait guérir...Rassurez-vous les amis, c'est un fantasme et les récits de bouche à oreille sur les exploits "immatériels" des grands sages ne dissimule pas le fait que tous ces réalisés sans exception ont dû céder la place aux générations suivantes...Le monde tri-dimensionnel possède ses règles implacables.

Il serait donc peut-être temps de relativiser le fantasme "spirituel" pour éviter de perdre plus de temps à se dématérialiser alors que précisément notre esprit dans sa phase initiale avait choisi de s'incarner. Demandons-nous si le but de l'expérience n'est pas de dématérialiser mais précésisément de matérialiser?

Pour cela, il faut reconnaître que l'expérience de la matière est unique dans ce qu'elle permet de générer de beauté et de jouissance. Imaginez-vous arrivés grâce à vos méditations sur le plan ultime, dépouillés de toute illusion. Vous avez ce sourire aux lèvres qui signifie "j'ai tout compris plus rien ne m'affecte"...Ne serait-ce pas la porte de l'ennui, de la froideur et de l'indifférence?

Qu'est-ce qui génère l'abnégation, la compassion, l'empathie et l'amour? N'est-ce pas précisément le caractère paradoxal de cet esprit hors du temps faisant l'exploration du caractère unique de ce monde temporel qui confère sa richesse à l'expérience.L'éphémère enrichit l'éternel de sensations uniques. S'il n'y avait pas le deuil ne perdrions-nous pas une bonne partie de la richesse de ce que nous sommes venus vivre ici. Une partie de nous pleure à chaudes larmes pendant que l'autre reste inébranlable mais entre ces deux pôles le coeur s'affine. La capacité d'empathie s'approfondit au fil des difficultés. Nous sommes tous des alpinistes de l'émotionnel et cela fait notre beauté. Il y aura toujours dans l'esprit des sommets plus hauts à atteindre...

Traverser une maladie terminale peut être vécu comme un dysfonctionnement à résoudre, cela peut aussi être vécu comme un approfondissement consenti, une exploration de soi jusqu'aux limites extrêmes du chaos. Réalisons juste que cet état de Bouddha que nous recherchons est pourtant déjà actif, en nous, ici et maintenant et à jamais. Il faut savoir que ce "regard" cristallin est présent même au coeur de la souffrance et qu'il est actif à tout jamais. Il n'y a donc rien à fuir, rien à changer, rien à résoudre. Une scène de ménage, un divorce, un conflit sont des occasions de "transmutation" et non des erreurs de parcours.

L'illumination n'est pas dans la fin de la marche mais précisément dans le fait de continuer à marcher malgré tout.

A travers ces expériences nous sommes appelés à nous souvenir de notre origine au milieu même de ce qui semble le plus éloigné d'elle, d'où la nécessité de vivre à fond chaque instant, y compris nos crises les plus profondes...

dimanche 27 janvier 2013

Harmoniser mon rêve



Mon but n'est pas de guérir "le Monde" ou de le rendre meilleur,non,
c'est juste d'harmoniser en moi la manière dont je rêve le monde.

lundi 21 janvier 2013

Passion ou mission?



Je regarde le marchand de primeurs installer sa devanture. C'est une oeuvre d'art, une véritable installation comestible. Tout est beau, appétissant, ça sent le bonheur. A n'en pas douter cet homme aime les fruits et les légumes et il fait partager son amour.

Il y a quelque jours j'ai décidé de changer de lunettes. L'opticien était aussi un passionné. J'ai passé une heure dans sa boutique pour tout mettre au point : l'écartement de mon regard, la position de ma tête lorsque je regarde loin,puis quand je regarde près. Tout, il a tout vérifié. Quel plaisir!

Rencontrer des êtres de passion est un plaisir et un enrichissement. Ce sont les vrais thérapeutes. Qu'ils vendent des croissants ou balayent les trottoirs, ils manifestent le plus beau de la vie, leur amour : ils aiment ce qu'ils font et ils vous transmettent cet amour au delà des mots et des idées.Ah que j'aime le bonheur d'un bon café matinal avec un croissant bien croustillant servi à ma table avec quelques mots sincèrement enjoués. Ca fait démarrer la journée dans le bonheur, comme un diapason avant un chant...Merci aux êtres de passion.

On parle beaucoup de "mission" dans les milieux spirituels. On veut aider, changer, intervenir, guérir...C'est pour les autres. Certains se sacrifient pour ça...La passion c'est différent, c'est de la super mission spontanée. On ne fait pas ça pour les autres prioritairement mais pour soi...C'est à mon avis à ce niveau que la vie n'a même pas besoin d'être "spiritualisée". On peut ne croire ni en Dieu ni au diable et faire le meilleur pain du monde. Résultat, ceux qui en mangent se sentent au paradis sans le penser. Leurs cellules jouissent, leur cerveau, tout...Ils mangent le Pain de Dieu, le meilleur pain...

Chacun de nous arrive ici avec une ou plusieurs de ces passions à vivre. Les parents, l'école, l'opinion publique nous en écartent parfois en nous racontant que pour gagner sa vie il faut faire des efforts. Il arrive un jour où on se souvient. La passion arrive avec son grand sourire. Ce n'est pas l'air compassé de la " mission", c'est autre chose, souvent plus fou, ça a l'air plus risqué mais il faut avoir le courage de suivre, de prendre le risque...de quoi? De mourir? Qu'importe, on y viendra de toutes façons. Alors un seul chemin, faire comme Molière, décider de finir sur scène en faisant ce qu'on aime.
La vraie vie quoi!
Bonnes passions les amis...Même si vous pensez en être dépourvu, elle est là et vous attend. Elle est capable de rallumer votre esprit et votre corps! Passion, pas mission...Vous faire du bien fait du bien à l'univers tout entier.

dimanche 13 janvier 2013

Et s'il n'y avait rien à découvrir?



Oui,et s'il n'y avait rien à découvrir...si tout était déjà là ici et maintenant, tout, tout.

Dans ce présent, dans cet instant.Pas besoin d'après, de demain. Si quelque chose qui s'appelle Dieu existe, il est là, devant mes yeux MAINTENANT, et encore MAINTENANT, et toujours MAINTENANT.

Alors admettons que je ne réalise pas qu'il est là...Que je pense "Demain", "après demain", en l'an mille, en l'an 2000, en 2012, à Hawaï, sur l'himalaya, ailleurs, et bien je passerai mon temps à chercher. Comme si je cherchais de l'air. Je regarde la personne à côté de moi, elle respire bien, mais moi je suis là, j'invente une manière complexe de respirer pour trouver plus...Plus de quoi?

Plus de "prana", plus de "mana"...c'est idiot. Je perds du temps. Comme un amant qui a la tête posée sur les genoux de sa belle et qui s'énerve en se demandant quand elle va finir par arriver et taper à la porte.

Vous imaginez. Ca a l'air débile, non? Et bien nous c'est pire. On est en plein dedans et on croit qu'il y a un dehors, un envers et un endroit, alors que tout est dedans, même ce qu'on appelle "dehors.

vendredi 11 janvier 2013

Le Jeu de la vie dit "JE"...


Le nom et la règle du jeu : nom; "Imaginons la partie la plus agréable possible". Règle:"par principe tout est possible...même ce que l'on pense pour l'instant impossible"

Attention, ce jeu peut mobiliser instantanément un nombre infini de joueurs de toutes sortes et ceux-ci agissent en fonction de vos pensées conscientes et inconscientes.
Le résultat de vos interactions avec les autres joueurs reflète constamment votre état intérieur à l'extérieur.

Prenez l'avion par exemple, des générations d'humains ont un à un rêvé de jouer à voler,à aller instantanément d'un point à un autre, a être à plusieurs endroits en même temps, à explorer l'infiniment petit et l'infiniment grand, à aller aussi 20.000 lieues sous les mers. Comme il n'y a pas de limites la plupart de ces rêves sont aujourd'hui devenus des réalités...

Alors :" A quoi est-ce que je vais jouer?". C'est par là que tout commence.A vous aussi, pour de bon...L'Univers est notre partenaire de jeu.Principe important et tout simple: "Tout le monde gagne, personne ne perd".

jeudi 10 janvier 2013

L'essentiel

Les circonstances passent, seul l'essentiel demeure.

La "paix du monde" vs "La Paix du JE"...




Nous avons toujours accès à deux types d'expériences de paix.La paix que nous ressentons lorsqu'un désir ou un besoin est satisfait.
C'est un état temporaire qui crée une dépendance; à un manque comblé succède la paix mais un nouveau manque émerge et la paix est aussitôt menacée.C'est la paix du monde, une paix fragile liée au désir et au besoin, une fausse paix qui est juste l'un des pôles d'un mécanisme de tension et de détente.

La Paix du JE ou Paix dite "du Christ" n'est pas liée aux conditions.Elle est inconditionnelle et immuable et elle est toujours présente à l'arrière plan de notre présence au monde. Que mes souhaits soient satisfaits ou non, cette paix est, elle dit oui à tout, elle ne se bloque pas sur une circonstance en disant "dommage". Non, elle reste dans le champ de l'acceptation de ce qui se manifeste. Même si je n'obtiens ce que je voulais, je laisse mon coeur dans l'état de JE(JEU) : constater ce double niveau et s'y tenir me permet d'être dans la vraie paix sans objet, la paix au delà de la pensee,un état simple de support du monde,un ressentir simple. Le conseil est connu : "que votre coeur cesse de se troubler et de craindre"; prendre de la même manière un succès ou un échec; c'est la paix du Je. Prenons l'habitude de remarquer la présence indéfectible de "la paix du je", ici et maintenant indépendamment des circonstances passagères..."La source est toujours mon support illimité, mon indéfectible provision".

lundi 7 janvier 2013

Rien n'est sérieux parce que tout est sérieux...



Cette phrase de titre semble paradoxale mais c'est en fait la clé de l'humour et de la paix...Nos réactions à l'environnement, aux paroles et aux attitudes des "autres" dépendent de la gravité dont nous colorions nos expériences. La même situation peut générer le sourire ou les larmes. Pour l'autre aussi tout va dépendre de l'atmosphère que va créer notre réaction. Opterais-je pour le drame ou pour l'esquive amoureuse?C'est moi qui ai le choix, pas l'autre en face de moi...Il a abatu ses cartes sérieusement, c'est à mon tour de jouer... C'est à moi de colorier l'expérience.

dimanche 6 janvier 2013

La source



J'ai le plaisir de partager avec vous ce proverbe oriental qui complète bien à mon avis aux deux articles précédents :
"Quand tu bois de l'eau, pense à la source".

Le "petit" moi et le "grand" MOI



Je médite, assis,
le sol me soutient,
l'espace m'envelopppe,
ma respiration y puise ce qu'il me faut pour être,
je n'ai rien d'autre à faire
qu'à laisser faire
le GRAND MOI...
Mais le "petit moi"me raconte
que je suis contenu dans ce corps
et que je dois sans cesse penser et m'occuper
sous peine de je ne sais quoi...
du coup j'ai pris l'habitude de cette "tension"
mon corps et mon esprit sont presque toujours tendus
même au moment de dormir,
et pourtant je sais que c'est inutile.
Il y a une foule de choses que le grand MOI sait très bien faire tout seul
mais le petit moi veut s'occuper de tout...
et il ne peut pas,
il n'est pas là pour faire le travail du GRAND MOI
c'est impossible.
Du coup le petit moi sombre dans la tristesse,
il se raconte des histoires d'impuissance,
il se dit qu'il n'y arrivera pas,
et il tourne le dos au grand MOI qui malgré tout fait de son mieux pour maintenir le vaisseau à flot,
...
Il est impossible de quitter le grand MOI
car il est éternel
même sans le petit moi...

samedi 5 janvier 2013

Atteindre la Paix sans rien faire...



Avez-vous déjà observé le vol des oiseaux? Il y a des moments où ils battent des ailes et d'autres où ils se laissent porter par l'air qui les soutient. Ces moments où les ailes grandes ouverts, confiants,les oiseaux se déplacent est pour moi une leçon. Dans notre vie quotidienne, combien de temps dans une journée nous laissons nous porter par l'esprit qui nous soutient. Comme ça, juste ouverts, confiants, vivant ce moment comme un oiseau qui plane. Combien de minutes par jour sommes nous capables de planer?Planer sur une chaise, sur un lit. Penser juste : la vie me soutient et c'est parfait...Même pas besoin de le penser, simplement le vivre...LA PAIX...

Un exercice de relaxation simple



Il suffit de penser à cette phrase et la vivre chaque jour un peu plus : "Je vous laisse la paix, je vous donne ma paix. Je ne vous donne pas comme le monde donne. Que votre coeur ne se trouble point, et ne s'alarme point."

La vérité




La "vérité" ne s'enseigne pas,
elle ne peut qu'être vécue.
C'est de l'intérieur
que chacun la découvre
et la reconnaît, pour soi, en soi.
Elle est à chaque fois unique
et propre à celui qui en fait l'expérience...

jeudi 3 janvier 2013

L'éternel commencement



Une "nouvelle" année commence.
Une occasion de nous rappeler cette idée de "commencement"...
Une chance de commencer ou de recommencer.

Chaque instant est un commencement
si on le veut bien.
Il suffit de pardonner, de se pardonner et de saisir ce qui est là "présent"...
Le Présent est un cadeau qui nous est fait, à chaque moment de nos vies,
il est à saisir, si on le veut bien...

Même là où il semble ne rien y avoir
il y a toujours au moins un petit quelque chose à saisir
pour recommencer.

En ce début d'année je remercie tous les lecteurs et lectrices de ce blog et je leur souhaite la Paix au delà de toute compréhension,
Cette Paix majuscule est le bien le plus précieux que nous puissions avoir,
donc, du fond du coeur "Paix au delà de toute compréhension!".