samedi 20 juillet 2013

Est-ce que ça ira vraiment mieux demain ou vaut-il mieux commencer tout de suite?...(II)


 (Suite du post précédent)


J'en reviens à la question des "résultats", du "futur" et du "silence"...

L'approche est difficile et en apparence austère :

"aucune promesse, tout est déjà là, ne cherchez plus, ne posez plus de question..."

 Cela ressemble à un lavage de cerveau, une incitation à la "moutonnerie" et pourtant si l'on comprenaît vraiment ce qu'est la "pauvreté en esprit" et l'imprononçabilité du nom divin on comprendrait qu'à l'origine, toute religion est une tentative de mise en forme d'une expérience "scientifique"...

Pourquoi le Verbe de Dieu est-il conçu comme si mystérieux, si imprononçable et si sacré?

Tout simplement parce que la manifestation dont nous faisons partie et notre présent lui-même sont l'ex-pression de ce verbe lui même, ici, maintenant dans ce présent et qu'y ajouter un nom partiel n'aurait aucun sens...

Le Divin est dans aucun nom, il se déploie là où je suis, à travers ma conscience...

il écrit et lit d'un même regard ces zones noires sur une page blanche...il lève les yeux et sait d'instinct que tout ce qui est autour de lui, ce bureau, cette lampe, ces papiers sur une table, sont à lui, ils sont de lui, en lui et par lui...illusoires mais jouissifs...

Les hirondelles parcourent 7000 km à travers le désert du Sahara au printemps  pour retrouver leur nid sous une toiture de Béziers et elles n'ont pas besoin d'acheter un GPS...

Les hirondelles comme tous les autres éléments de la création font intimement partie de l'unité universelle et l'acceptent d'instinct, elles refont sans poser de questions les 7000km retour en longeant l'atlantique, et ce depuis la nuit des temps...

La même inspiration, la même capacité de rythme est en nous à cette différence près que nous possédons une conscience individuelle.

C'est ce qui fait à la fois notre force et notre faiblesse...

Il y a ainsi en nous la partie qui reste ouverte à l'Inspiration, au GPS universel, et l'autre qui affectionne les "miroirs aux alouettes" et qui nous plonge souvent dans la surdité, l'illusion et la souffrance...

Le danger est surtout inhérent aux idées et au langage...

Les visions extatiques des mystiques essaient toujours pourtant de  retracer pour nous un parcours retour vers l'évidence mais celle-ci est tellement familière que la parole même qui parle d'unité génère en nous la dualité et l'illusion...

Lorsque Dieu demande à Moïse d'enlever ses chaussures en affirmant : "Le sol sur lequel tu te tiens est sacré", il ne prétend pas qu'un territoire est plus sacré qu'un autre...En fait, ce n'est pas pour rien que nous naissons et mourons déchaussées...Tout est Divin, de l'entrée à la sortie...à l'infini...

Le rappel est le même à l'entrée et à la sortie des temples d'Asie, des maisons dans de nombreux pays, des mosquées,... Enlever ses chaussures est rappel à l'unité quel que soit le sol sur lequel on marche...

Il n'est pas un seul grain de poussière dans cet univers susceptible d'être rejeté comme n'appartenant pas à la Création...En un mot, tout est sacré partout et notre présence est elle même la consécration du tout...

Sans notre présence que deviendrait le tout?

La notion de"résultat" par contre, par l'attente qu'elle engendre entretient l'illusion que notre actuel présent pourrait n'être pas sacré à cause de nos "fautes" et qu'il convient de nous renier pour obtenir le pardon d'un prétendu principe extérieur...Comme vous le voyez, la solution entretient le problème et on n'en sort pas...

Néanmoins, à force de tourner dans cette grand roue, les hamsters humains commencent à se douter qu'il y a un truc...

(A suivre)




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire